ALTICENTRE, pour une responsabilité sociétale engagée et apprenante

 

Conseil en stratégie et responsabilité sociétale, Dominique MICHALON a créé Alticentre en 2000 après un parcours de 20 ans comme responsable technique, directrice communication puis directrice générale, un curriculum en organisations assorti de très solides formations.

 Dominique MICHALON voit dans cette posture partenariale d’accompagnement des organisations une suite logique de sa démarche d’apprentissage et de partage en continu.

 Lorsqu’on la questionne sur ce qui lui plait (le verbe semble faible) dans son activité, elle propose une triple réponse :

  • « Tout d’abord, donner du sens, aider mes clients en développant cette relation de confiance qui permet d’approfondir la coopération ; je suis cet œil extérieur qui apporte de nouveaux éclairages avec lesquels nous cheminons ensemble en co-réflexion, co-apprentissage, co-construction, co-évaluation…
  • J’aime aussi la grande diversité des sujets abordés, des contextes, des interlocuteurs ; même si c’est parfois compliqué d’avoir en tête et de faire avancer simultanément 5 ou 6 projets, c’est très stimulant intellectuellement et très riche humainement
  • Enfin, j’apprécie l’indépendance qui permet un engagement optimal, une vraie liberté dans les conseils mais aussi dans les choix de développement de mon activité et dans mon organisation ; j’ai l’impression que je suis ainsi plus efficace. Ayant opté pour une formule « solo+réseaux », j’ai construit un bon réseau de collègues aux spécialités et modes d’intervention complémentaires : nous interagissons fréquemment et nous pouvons ainsi constituer des équipes ad hoc pour chaque mission. »

Dominique a fait sienne cette maxime qui l’avait marquée lors d’une rencontre avec le généticien humaniste Albert Jacquard : « une journée idéale : apprendre quelque chose des autres et apprendre quelque chose aux autres ».

Pédagogue des organisations

Cet ingénieur du vivant a, depuis ses débuts professionnels, développé sa fibre pédagogique,  et ceci toujours en lien avec ses autres activités. Elle propose ainsi, à chaque demande, une ingénierie pédagogique véritablement vivante, adaptée dans son contenu et son style (du magistral au ludique) et émaillée d’exemples vécus (sous réserve de confidentialité évidemment).

Les interactions sont mises à profit pour des remises en question(s) afin de faire évoluer l’intelligence collective et, par là même, les patrimoines et potentiels individuels et  communs du groupe.

Pour une diversité affirmée et harmonisée

À LA question du Club des 1000, « Que signifie diversité pour toi ? », Dominique, en bonne analyste, commence par préciser les types de diversité les plus importants à ses yeux pour revenir sur le « pour quoi » de la diversité mais aussi sur sa vision du « comment la manager ».

Dans le cadre de la responsabilité sociétale des organisations, Alticentre aborde évidemment  avec ses clients les questions relatives à  la diversité… pas seulement les 22 critères légaux de (non) discriminations mais aussi la diversité des compétences, des modes de fonctionnements et de la vision de l’entreprise ! La diversité est une grande richesse pour toute organisation, un facteur de progrès très puissant à condition de lui permettre de s’exprimer et de savoir manager cette diversité. Et là n’est pas le plus facile… Certes, la charte de la diversité donne de bons points d’appui mais elle mérite d’être étayée par un accompagnement véritablement sur mesure afin de transformer en synergies les interdépendances structurelles et les liens fonctionnels.

Dominique étend le champ de la diversité responsable et fructueuse à la diversité des parties prenantes externes. Et là encore, inutile d’échanger avec ses seuls « clones », voire alliés. Ce n’est certainement pas ainsi que l’entreprise fera évoluer son adéquation sociétale !

Un constat : dans ce monde d’incertitudes, la diversité donne des couleurs à la dynamique, à l’agilité, à la clairvoyance, à la pertinence et à la responsabilité sociétale des entreprises.

Côté privé, Dominique cultive son approche de la diversité via du bénévolat, entre autres auprès de jeunes réfugiés. Histoires et horizons de vie sont alors si différents que l’écoute et l’empathie s’imposent pour comprendre l’autre, au-delà même des langues pratiquées.

Une adhérente discrète et fidèle

Dominique répond franchement à notre question de fin d’entretien « que représente le Club des 1000 pour toi ?« .

« Je ne suis pas directement concernée par toutes les actions mais mes clients peuvent l’être et je n’hésite évidemment pas à le leur faire savoir. Et puis, j’apprécie cette formule de gouvernance originale, qui me semble ici adaptée et fonctionnelle. On peut participer sous diverses formes, c’est vraiment essentiel pour une association de ce type !

Mes contributions font plutôt figure de participation du colibri ; je fais selon mes disponibilités. Je garde, en particulier, un excellent souvenir de mon engagement dans les actions suivantes :

  • dans le 1000 : ayant plus l’habitude de poser et répondre à des questions pour mes clients, cette petite introspection en studio était aussi utile que sympathique
  • une action d’expertise pour challenger des projets étudiants sur la RSE, toujours intéressant et rafraichissant ! »

ALICENTRE, Dominique MICHALON