Les femmes, le combat de la vie de Martine Brunswig

Membre bienfaitrice du Club des 1000 depuis 2013, la présidente du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles a été promue officier de la Légion d’Honneur en septembre 2015. De 1989 à 2012, la militante féministe et ancienne Déléguée régionale aux Droits des femmes et à l’égalité a passé plus de 20 ans à défendre la cause des femmes en Auvergne. Désormais bénévole à la tête du CIDFF 63 et de l’Union régionale de ces centres, elle poursuit ce combat sans relâche et s’est confiée à nous sur son indéfectible engagement…

Invitée de l’émission Dans le 1000 le 1er février, Martine Brunswig s’est prêtée sans crainte au portrait chinois. Collectionneuse de statues en améthyste chinoises, friande de blanquette de veau et de Tintin, cette femme tenace et au tempérament affirmé voue sa vie entière à la défense des femmes. L’histoire du féminisme, sa lecture préférée, marque le combat extraordinaire de la conquête du droit des femmes. Un combat pas enseigné sur les bancs du lycée, un regret… « Le CIDFF, ma boîte, mon obsession, mon combat… A la tête d’une équipe de 7 salariés (juristes, conseillères, directrice et service civique), nous apportons des informations juridiques sur la séparation, les violences (dans et hors couple), le harcèlement, le chômage. Nous aidons les femmes à l’insertion sociale et professionnelle, et accompagnons aussi les veuves ». Profondément optimiste, elle aide toutes les femmes qui viennent au centre à se battre pour un lendemain meilleur.

La Madame Sans Gêne qui fait bouger les lignes

Née en 1948 d’une famille juive rafflée à Paris durant la seconde guerre mondiale, son prénom est un hommage à une cousine partie trop tôt, comme tant d’autres… Nuit, brouillard et éclaircies. « J’ai grandi en province, dans une éducation religieuse. Puis j’ai rejoint Paris à 18 ans pour continuer mes études après le baccalauréat. Docteure en Sciences de la Terre, avec des maîtrises en Lettres et histoire, en Droit est passée par l’école du Louvre, j’ai adoré les études. J’ai pris conscience du combat de ma vie à la suite d’une agression dans la capitale, des revers de ma gentillesse. J’ai été marquée durablement par le motif de refus du poste d’archéologue en Corse que je briguais. « On ne met pas une fille derrière une brouette ! » se rappelle-t-elle. Les stéréotypes vont bon train. « La vue de personnes en grandes difficultés, les mensonges et les non-dits m’ont poussé à m’engager pour cette cause. Dans les années 80, Yvette Roudy se battait pour le droit des femmes. J’ai pris réellement conscience que les femmes étaient considérées comme des potiches. Alors je suis devenue la Madame Sans-gêne pour faire bouger les lignes. »

Ses compétences multiples lui font traverser les mouvances politiques et les gouvernements de tout bord. Tenace et d’un dynamisme incroyable, elle n’a jamais été aussi occupée que depuis sa retraite. A l’heure où on se demande plutôt comment bien occuper son temps, elle est engagée à l’ESPE (ex-IUFM, organisme formateur des enseignants), à l’Espace Info Jeunes et au CIDFF. Sans oublier qu’elle est membre bienfaiteur au Club des 1000 où elle distille ses bonnes idées avec justesse.

« Dans la vie, il faut se battre ! »

Son conseil premier va à la jeunesse pour changer les choses. « Dans la vie, il faut se battre ! Ne soyez pas mouton, ayez l’esprit critique, engagez vous ! » Serrer les dents, supporter le mal et ne plus savoir que faire d’autre que supprimer l’autre, ce violent… A l’image du cas de Jacqueline Sauvage, ces situations dramatiques qui arrivent encore trop souvent aujourd’hui (118 décès de femmes en 2014 suite à des violences conjugales, soit 1 décès tous les 3 jours) sont autant de raisons valables pour continuer ce combat sans relâche, obstinément. Pour qu’un jour, nos enfants vivent dans un monde plus juste et égal, moins violent.

Yann KAPPES – Photo : CIDFF 63 (Martine Brunwswig est en tenue rouge, sur la gauche).

Dans le cadre de la Semaine pour les Droits des femmes, trouvez ci-dessous les différentes planches de l’exposition « Vivre l’égalité mois par mois » réalisée par le CIDFF, la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité, la fondation Varenne, qui sera inaugurée le mardi 8 mars – Journée internationale de la Femme – à 18h30 à la Chapelle des Cordeliers, place Sugny à Clermont-Ferrand :

vivre l’égalité mois par mois_1-2
vivre l’égalité mois par mois_3-4
vivre l’égalité mois par mois_5-6
vivre l’égalité mois par mois_7-8
vivre l’égalité mois par mois_9-10
vivre l’égalité mois par mois_11-12

9 mars flyer exposition égalité filles garçons parlons enPour contacter le CIDFF 63 :
5 rue des Hauts de Chanturgue,
63100 Clermont-Ferrand
Tél. : 04 73 25 63 95
Mail : cidff63-direction@orange.fr
Web : cidff63.com