Limagrain présente sa démarche RSE au Club des 1000

 

Alexandre Cocozza, Responsable Performance extra financière et Environnement, et Renaud Tinturier, Directeur RSE de Limagrain ont accueilli au domaine de Mons la vingtaine de Chefs et dirigeants d’entreprise pour l’AfterWork Ethic et Toi ? du 14 Novembre 2017.

Après avoir présenté Limagrain, un groupe coopératif agricole international créé et dirigé par des agriculteurs français, il a été rappelé la définition et les principes de bases de la RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) : congruence entre économie, environnement et social.

Au fil des années, l’encadrement juridique de la RSE s’est précisée, notamment avec les principes directeurs de l’OCDE, principes directeurs de l’ONU, la directive Barnier, la loi sur le Devoir de vigilance et la loi Sapin 2.

La RSE, un savoir-faire au cœur des métiers de Limagrain

Le contexte interne s’appuie sur un socle Groupe propice à la structuration de la démarche, des demandes et des attentes des parties prenantes et des premières exigences réglementaires (reporting, bilan carbone, etc.) tout en prenant en compte le risque accru d’image, d’attractivité et de notoriété face à des concurrents et des sociétés cotées bénéficiant d’une démarche RSE bien implantée.

Sous ce socle Groupe, 3 axes se dessinent :

  1. Proposer des solutions agroalimentaires innovantes et responsables
  2. Conduire leurs activités de manières éthique, durable et efficace
  3. Construire de nouveaux modes de relation et de création de valeur

La concrétisation de cette démarche RSE se fait à travers diverses actions illustrant de grands thèmes et notamment concernant les ressources humaines : mentoring (partenariat avec l’association Capital Filles : marrainage de jeunes filles par des collaboratrices afin de les sensibiliser aux différents métiers existants et à l’importance de la formation), leur investissement dans l’insertion professionnelle (emplois créés, stagiaires etc.) mais aussi la mobilité géographique (entre les filiales, avec des VIE etc.) par exemple.

Limagrain s’engage dans plusieurs actions RSE. Or, un de leurs objectifs est de rendre acteurs les collaborateurs et de les sensibiliser à la RSE. Limagrain les encourage donc à s’investir. Par exemple, pour le raid de la mixité (weekend de sensibilisation au handicap), Limagrain a pris en charge la journée du samedi et les salariés avaient un statut de bénévole pour le dimanche. Ainsi, Limagrain ne se substitue pas à l’engagement social de la personne.

Ces exemples d’actions ont lieu en France mais dans le monde entier, sur toutes les filiales, d’autres initiatives, adaptées à leur environnement, culture et problématiques, sont soutenues.

La RSE et la fonction RH, l’alliance du savoir-être et du faire savoir

Cette problématique est adressée de manière légale et en lien avec la RSE (ex. corruption, attraction des talents, recherche de sens au travail, sentiment d’appartenance, fierté, fidélisation, risques socio-professionnels…).

Les plus grosses difficultés rencontrées sont les différences culturelles et le cascading. La disparité entre les business unit (BU) et l’internationalisation spécifique au Groupe Limagrain nécessite une réelle démarche RSE et la formalisation de celle-ci auprès des salariés. Il faut du temps, de l’énergie, de l’organisation et de la communication pour que les informations et l’importance de la RSE arrive à tous les échelons.

Les reporting sont un outil clé vis-à-vis de ces enjeux. Le simple fait de montrer des chiffres donne envie aux différents acteurs du groupe entier de s’investir plus et d’améliorer ces chiffres. Une véritable émulation se crée et permet de trouver des solutions en interne et d’être plus efficient.

Leur plus grande fierté : Que les sollicitations RSE viennent du terrain et des filiales et non qu’elles soient poussées vers eux.

infographie